LA ROUGEOLE

          Autrefois, la rougeole était considérée comme une maladie bénigne et même parfois bénéfique car les rougeoleux souffrant d’un problème rénal en sortaient souvent guéris. Idem pour ceux souffrant d’otite séreuse. La rougeole semble opérer une sorte de nettoyage du corps.
La gravité de la rougeole dépend souvent du niveau et des condition de vie. En Afrique, elle tue beaucoup à cause de la malnutrition, de la malaria et des parasites intestinaux, le « terrain » étant plus fragile. Il n’en n’est pas de même en Europe.

Incidence de la rougeole
La rougeole a refait son apparition depuis 2008 en France alors que 95% de la population est vaccinée, la plupart des cas étant justement vaccinés. Elle a surtout atteint les jeunes adultes (rappel oublié ?) : plus de 50% des cas. Une année, il y a eu 5 morts, 4 vaccinés et une petite fille non vaccinée. On n’a parlé que d’elle. Elle n’avait pas été vaccinée car son frère avait fini aux urgences dans un état très grave juste après sa vaccination ROR.

           Depuis ces 10 dernières années on compte environ 1 décès du à la rougeole par an. Celui de 2018, qui est monté en épingle par tous les media et les tenants de la loi vaccinale, était une femme de 32 ans. On sait déjà que, si les maladies infantiles sont bénignes quand elles arrivent pendant l’enfance, il n’en est pas de même à l’âge adulte. Cette femme avait été hospitalisée non pour sa rougeole mais pour une pneumopathie. Elle était obèse, fumait comme un sapeur, était dans une condition physique déplorable et elle a attrapé sa rougeole à l’hôpital. Elle en est morte, mais elle est surtout morte du fait qu’elle était en très mauvaise condition physique.
Les quelques centaines de cas recensés ne sont pas une « épidémie » et doivent se réjouir : ils sont vaccinés à vie et n’auront pas besoin de faire des rappels pleins d’adjuvants toxiques.

           D’ailleurs je ne sais si vous avez remarqué, mais tous les média qui en ont parlé ont utilisé les mêmes mots, les mêmes phrases, bref le communiqué que le ministère de la santé a demandé à l’agence de santé de faire et de diffuser. Aucun ne s’est renseigné sur la véracité des dires.

          Le vaccin contre la rougeole a été supprimé en Grande Bretagne en 1992 suite à de nombreux cas de méningites, surdité, paralysie et troubles de la vision. La mortalité par la rougeole avait diminué de 97% avant l’arrivée du vaccin. En 1995 une étude montre qu’il y a 3 fois plus de cas de maladie de Crohn (maladie inflammatoire des intestins) chez les enfants qui ont reçu le vaccin contre la rougeole, et deux fois plus de rectocolite hémorragiques. Une autre étude a montré que 99% des personnes atteintes par les épidémies de rougeoles entre 1983 et 1990 aux USA étaient vaccinées, montrant un taux d’anticorps qui aurait du les mette à l’abri de la maladie.
77% des cas de rougeole apparaissent chez des sujets vaccinés. « L’échec d’une vaccination préscolaire se traduit donc par une transformation paradoxale de la rougeole en maladie des vaccinés » (cf. Arch.Int.Med. 1994)