Dans un article intitulé « L’aspartame Tue » (16 Juillet, 2002), le Dr Robert O. Young parle la façon dont la consommation d’aspartame est liée à la fibromyalgie (et pas seulement qu’à elle). En voici un extrait traduit en français.
           «Dans un discours prononcé par l’Environmental Protection Agency, il était annoncé qu’ils y a une épidémie de sclérose en plaques et le lupus systémique aux États-Unis. Si les médecins reconnaissent qu’il y a un problème, ils ne comprennent pas quelle toxine en est à l’origine. Cette toxine est le substitut de sucre appelé Aspartame.
L’Aspartame devient nocif quand il se décompose dans notre corps. Lorsque la température de 86 degrés Fahrenheit (soit 30°) est dépassée (et la température de notre corps est à 37°), l’alcool de bois dans l’Aspartame se transforme en formaldéhyde (cancérigène reconnu), en méthanol ou lacide formique qui ensuite, à son tour, va provoquer une acidose métabolique (l’acide formique est le poison dans la piqûre des fourmis). La toxicité du méthanol imite la sclérose en plaques résultant dans le diagnostic erroné que des centaines de personnes ont la sclérose en plaques. Encore plus alarmant est le fait que la sclérose en plaques n’est pas une condamnation à mort, pendant que la toxicité du méthanol est mortelle.
          Dans le cas de lupus systémique, nous constatons qu’il est devenu presque aussi répandu que la sclérose en plaques chez les buveurs de Coca 0% et de Pepsi, parce que ces boissons contiennent de l’Aspartame. Ces personnes boivent, en moyenne, trois à quatre canettes de ce Coca par jour, certains même davantage. Sans le savoir, la victime continue à boire sa boisson favorite (pour se soutenir le moral sans doute), et la maladie est irréversible. 
          Toutefois, dans le cas de personnes diagnostiquées avec la sclérose en plaques, (que nous avons identifié comme du à la toxicité du méthanol), si elles cessent toute consommation d’aspartame, et améliorent leur régime alimentaire, la plupart des symptômes disparaissent. Nous avons vu des cas où les problèmes de vision et d’audition de ces personnes ont été guéris. Ce type d’amélioration s’applique également aux cas d’acouphène (bourdonnement dans les oreilles).
          Si vous utilisez l’aspartame et que vous souffrez de symptômes fibromyalgiques, spasmes, douleurs, engourdissement dans les jambes, crampes, vertiges, étourdissements, maux de tête, acouphènes, douleurs articulaires, dépression, crises d’angoisse, perte de troubles de l’élocution, vision floue, ou perte de mémoire — Vous avez probablement « maladie de l’aspartame! »»
 
          Donc première chose à faire si vous êtes fibromyalgique (et même si vous ne l’êtes pas) : supprimer tous les aliments qui contiennent de l’aspartame. Tous les produits «light», «allégés», pâtisseries industrielles, , chewing gum, yogourts, médicaments (en particulier les pastilles contre la toux rouges, vertes ou bleues), les vitamines, et tout ce qui contient du E951 dans les ingrédients en tout petit. C’est quand même un ingrédient que le Pentagone a mis dans sa liste de produits pour le développement des armes chimiques.
J’ai déjà écrit un long post sur les dangers de l’Aspartame, mais je ne peux pas résister à l’envie d’en rajouter une couche au passage. D’abord je me permettrait de rajouter ce petit extrait trouvé sur le site phyto-ou-tard

            D’abord, me dit Ralph Walton, il faut noter que les trois études fondamentales de Searle, qui ont servi à calculer la DJA (Dose Journalière Autorisée) de l’aspartame, n’ont jamais été publiées ! Par ailleurs, sur les 166 études que mon équipe a finalement sélectionnées, 74 avaient été financées par l’industrie (Searle, Ajinomoto ou l’ILSI) et 92 par des organismes de recherche indépendants (des universités ou la FDA). 100 % des études financées par l’industrie concluaient que l’aspartame était sans danger. Sur les 74, plusieurs avaient été publiées plusieurs fois dans différents journaux, sous différents noms, mais c’était la même étude. Sur les 92 études indépendantes, 85 concluaient que l’édulcorant posait un ou plusieurs problèmes sanitaires. Les sept dernières avaient été conduites par la FDA et arrivaient aux mêmes conclusions que celles financées par l’industrie. (Donc on peut se demander si ces 7 dernières étaient vraiment «indépendantes»)
– Comment expliquez-vous cet incroyable résultat ?, demandai-je.
– Ah ! Vous savez l’argent est très puissant…
(Extrait du livre de Marie Monique Robin, «Notre poison quotidien»)
Il y a quelque chose de pourri dans le royaume de la santé aurait dit Shakespeare, que ce soit en France ou aux USA. Cela rejoint ce que je disais il y a 2 ou 3 posts sur Mme la Présidente de l’EFSA en accointances avec l’ILSI. Michael Taylor, avocat d’un cabinet conseil de la multinationale Monsanto, avait été nommé en 1991 numéro deux de la FDA (où il restera trois ans) pour rédiger la (non)-réglementation des OGM, puis deviendra en 1998 vice-président de Monsanto, firme pionnière en la matière. Cinq ans après sa mise sur le marché, l’Aspartame était le produit pour lequel la FDA avait reçu le plus de plaintes spontanées, dont 3 133 concernaient des « troubles neurologiques» . Et que les futures maman se méfient : Louis Elsas, généticien de l’université Emory à Atlanta, nous dit : « Nous savons que le niveau de phénylalanine présent dans le sang de la mère est quatre à six fois supérieur après avoir passé le placenta et la barrière sang-cerveau du fœtus, a-t-il expliqué. Cette capacité de concentration peut entraîner un retard mental, des microcéphalies et des malformations congénitales. »
Si après ça vous avez toujours envie de sucrettes, ne venez pas vous plaindre des conséquences.